L’homme qui était sur facebook

Si vous avez bonne mémoire, vous vous souviendrez peut-être d’un papier sur blog il y a quelques mois, qui s’évertuait à vous expliquer (alors même que vous vous en foutez complètement, hein, soyons honnête un peu) pourquoi je n’ai pas de compte Facebook. Aujourd’hui, un papier qui va s’évertuer à vous expliquer (alors même que vous vous en foutez toujours autant, hein, restons honnête un peu) pourquoi j’ai un compte Facebook. Pourtant, mon opinion concernant le réseau social le plus populaire de la planète ne s’est pas vraiment améliorée. Bien au contraire…

Facebook, c’est comme un CMS classique à l’image de celui qui sert à propulser ce blog, mais sans aucune logique et horriblement compliqué à utiliser. Dans un blog, le contenu est géré sous forme d’articles/pages classés par catégories/mots-clés. Dans un CMS plus évolué comme Drupal, le contenu est un node qu’on peut lier ou l’on veut et à ce que l’on veut. Avec Facebook, mystère. Il y a tout et n’importe quoi, des pages, des articles, des photos, des albums, des amis, des liens, des groupes, des applications, des murs, des événements… Rien de centralisé, d’uniformisé pour s’y retrouver à peu près, on ne sait pas quoi est quoi ni pourquoi, sans parler des options de configuration qui ne proposent finalement pas grand chose à configurer, ou des annonces «machin a ajouté», «truc aime bidule», etc, assez détestable dans le style regardez comme je perds mon temps à poster des conneries sur ce site. Mais le pire à mon sens est l’absence de flux RSS (ou s’il y en a ils doivent être bien planqué…) ou d’urls simplifiées… Un vrai merdier leurs urls avec 148 chiffres dedans. J’avais déjà eu l’occasion de tester un peu ce fameux réseau social via le profil d’un ami ou deux, l’expérience m’avait déjà bien conforté dans mon idée d’un truc globalement mal foutu ; depuis presque 24h que je m’y suis inscris et que je me débats pour arriver à en faire ce que je veux, le verdict est sans appel : pour paraphraser Ian Malcom, « c’est vraiment un gros tas de merde ».

Mais alors, pourquoi m’y suis-je inscris vous entends-je vous interroger lancinament. Tout simplement parce qu’il semblerait que ce truc soit de nos jour un point de passage indispensable vers la crédibilité. Entre l’exposition photo qui arrive à la fin de la semaine et les concerts de jeudi dernier, la demande c’est fait sentir ; quand jeudi soir on m’a demandé plusieurs fois où on pourrait voir les photos, j’ai comme d’habitude donné l’adresse de ce site. Réaction unanime : « Ah… Bon j’vais noter ça. Et… T’as pas un Facebook ?? » À croire qu’avoir plusieurs sites personnels conçus sur mesure fait figure d’amateur si les adresses ne sont pas en lien sur son profil Facebook… C’est bien pour suivre l’actualité de quelqu’un, en effet. Mais ça fait quelques années déjà qu’on a inventé les flux pour ça ; mais qui ici utiliser des RSS et autres Atom ? Je serais curieux de savoir…

J’ai donc maintenant une page Facebook, qui me servira juste à mettre deux/trois trucs photos, et… Renvoyer vers mon site. C’est con, je paie déjà un nom de domaine à l’année chez OVH exactement pour ça 😀 Bref, vous pouvez donc maintenant m’ajouter à vos amis, devenir fan de ma page et tous ces trucs inutiles. De mon côté ça me servira à avoir une redirection de plus vers ce site, pas grand chose de plus. J’en profite pour préciser que je n’ai pas l’intention d’utiliser ma page perso plus que nécessaire ; j’en ai une parce qu’il le faut pour avoir une page pro, c’est tout, s’il n’y avait que moi je m’en serais passé. Donc vous pouvez m’ajouter en ami, mais ne vous attendez pas à ce que je vous réponde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*