Étape 12 : Contis-Plage − Morcenx

Réveil pas trop mal aujourd’hui, gros changement ! Tara me réveil vers 7h30, je suis près à 8h et des poussières et à 8h15, je m’élance sur les routes et quitte Contis pour une longue journée de route.

8h45, je m’élance sur les routes et quitte Contis pour une courte journée de route. Il a plu, et le vélo laissé dehors a un peu pris l’eau, même si les sacoches pas étanches mais déperlantes et les sacs plastiques ont pas mal protégé le contenu. Et pour bien commencer la journée, je réalise après quelques kilomètres qu’une des-dites sacoches parait bien vide… Hé oui, j’ai oublié mon sac de vêtements à la maison. Et hop, 30 minutes et plusieurs kilomètres de perdu pour rien. Sans compter qu’il fait vraiment dégueulasse aujourd’hui, un ciel couvert et gris comme on en voit même rarement en Bretagne, qui rend les forêts de pins éminemment laides. C’est décidé, je vais à Morcenx. Et c’est un bon choix, car la route qui en elle-même n’est pas intéressante me fait tout de même passer dans les Landes, les vraies, les forêts ou ça monte et ça descend un minimum, ou tout n’est pas que dunes et pinèdes ; il y a même des virages sur les routes, j’exulte ! Mézos, Onesse-et-Laharie et finalement Morcenx ou un train pour Bayonne m’attend à 13h13.

Coueurs, couleurs...

Coueurs, couleurs...

Je descends à Bayonne en milieu d’après-midi, il fait toujours aussi moche, dommage, cette ville doit être très belle par beau temps, j’aurais bien aimé voir la citadelle par exemple… ça sera pour une prochaine fois, pour l’instant j’ai juste envie de foncer vers chez Damien, mon canapé pour ce soir. Je galère beaucoup pour sortir de Bayonne, me faisant au passage shooter la roue avant par un c****rd de Parisien avec sa grosse voiture, qui dans son élan de débilité profonde n’a jamais compris l’utilité du clignotant dans un rond-point… À vous dégouter des conducteurs de la capitale qui ont déjà une sacrée réputation de chauffards. Bref, je trouve quand même le chemin d’Anglet et trouver à la Maison Pour Tous une connexion internet où je peux récupérer à nouveau l’adresse de Damien que, intelligemment j’avais noté sur un papier que j’ai perdu. Achat d’un paquet de biscuit, d’une bouteille d’eau et du Canard Enchainé et je me rends directement à l’adresse ou je passe les heures suivantes à lire mon journal en dévorant mes biscuits devant l’entrée de la résidence.

La soirée comme d’habitude se passe très bien : douche, discussions, apéros, repas, à nouveau discussions, écriture de cartes postales pendant que Damien passe chercher un ami, puis encore discussions avant d’aller dormir. Décidément, le CouchSurfing c’est vraiment génial, je regrette de ne pouvoir rester qu’une nuit tant les gens rencontrés sont formidables !

[url=http://tinyurl.com/3xvme7l]Total, 45 km[/url]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*